Wear a story : la marque qui raconte de vraies histoires

Ça n’est plus un secret, l’industrie textile est la seconde industrie la plus polluante au monde. Embarquée dans une course à la nouvelle collection, la pop’up, la capsule, l’inédite… ses impacts sont catastrophiques pour l’environnement, sans parler de l’exploitation humaine qui en découle, dans ces pays où les lois protégeant les travailleurs n’existent pas et où de fait, le coût de fabrication défie toute concurrence européenne.

En contre-pied de ces « Mac Donald » de la mode (H&M, Zara, Primark… pour ne citer qu’eux parce que la quasi totalité des enseignes franchisées sont à la même enseigne) naissent de petites marques justes et responsables. Elle ne sortent qu’une ou deux collections par an, fabriquent dans le pays où elles vivent, payent leurs couturiers, dessinent elles même leurs modèles.

Lauriane Milis fait partie de ces stylistes passionnés par leur métier, par la recherche de la belle coupe,  de la finition soignée et par l’élaboration de ses propres modèles, du dessin au prototype. Il y a deux ans, elle a lancé Wear a Story, une marque de vêtements conçus à partir de tissus vintage qu’elle chine d’abord et associe ensuite pour toutes ces pièces à un jersey de coton bio.

N’étant pas encore sure de ce vers quoi elle voulait se diriger, elle commence par des études de gestion, mais depuis l’adolescence elle coud et elle n’en démord pas. Elle coud ses propres vêtements et chine des pièces en seconde main.

Pour la petite histoire quand j’étais ado j’étais celle qui n’était jamais habillée comme tout le monde, j’adorais me faire mes fringues, des p’tites jupes plissées, j’avais les chaussettes lignées de couleurs… les années 2000 quoi !

Pendant ses études, elle se rapproche du milieu associatif, d’OXFAM notamment et se penche sur la question du durable, de l’équitable. Cette nouvelle ouverture change sa vision des choses et sa manière de consommer. Elle se documente et prend conscience petit à petit de ce que représente l’industrie du textile, de ses impacts humains et environnementaux.

« J’ai réalisé que j’étais moi-même à fond dans ce système d’hyper-consommation, j’ai su alors que je voulais travailler pour une mode plus juste. »

Après ses études, elle réalise que l’aspect créatif est trop important pour elle et enchaîne avec des études de stylisme, c’est là qu’elle commence à utiliser des tissus de récupération dans tous ses projet

« Dans ma tête c’était de plus en plus clair que pour le futur, c’était la façon la plus clean de produire des fringues. En réutilisant des matières anciennes, plus qu’une une production éthique avec du neuf. L’upcycling me motivait d’autant plus que cela voulait dire utiliser du vintage et que j’ai toujours eu une fascination pour les vieux objets. »

L’idée de Wear a Story est claire dès le départ, la combinaison de son intérêt pour le vintage et sa nouvelle vision de la consommation et de la mode dessinent les contours de sa marque. Lauriane lance sa première collection en 2014 et sans rien dire à personne ouvre son stand sur un marché de créateurs. Depuis sa création, au fil des collections, Lauriane a pu affiner les grandes lignes de Wear a Story qui compte aujourd’hui parmi les marques avant-gardistes montantes, tant au niveau du style que de sa philosophie.

« Au début je n’utilisais que des tissus de récupération et puis par souci de constance et de régularité dans les collections, je combine aujourd’hui les pièces vintage à du jersey de coton bio. Pour la nouvelle collection, j’utilise un tissu fait à base de coton bio et de polyester réalisé à partir de bouteilles en plastique recyclées. »

Wear a story compte deux collections par an. Tops, sweat-shirt, gilets et robes, Laurianne décline 6 modèles par saison qu’elle interprète dans des tissus différents. À venir cet hiver, de nouvelles pièces pour femme, un sweat homme début décembre et des accessoires pour les fêtes !

Pour acheter une pièce Wear a Story, il suffit de suivre l’agenda sur le site internet, de prendre rendez-vous directement à l’atelier, ou de contacter Lauriane Milis. Vous pouvez également commander une pièce dans un modèle particulier et pourquoi pas y intégrer le tissu de la robe eighties de votre maman par exemple !


Pour suivre l’actualité de Wear a story vous pouvez vous rendre sur le site internet de la marque et vous abonner à la page facebook.

Et si vous ne suivez pas déjà l’actualité de Paulin – Le blog de la slow culture c’est par là !